Le climat social a beaucoup banalisé l’IVG, comme s’il était sans conséquence.

Cependant, après une interruption de grossesse, de nombreuses femmes ressentent un mal être. Celui-ci est souvent minimisé, peu compris par l’entourage de la personne en souffrance. Comment alors oser en parler ?

Parler de l’avortement peut être difficile.

 « Tout le monde autour de moi fait comme si rien ne s’était passé, si bien que parfois j’ai l’impression que je ne suis pas normale ». Certaines femmes ont pu tenter d’en parler sans se sentir entendues ou comprises. D’autres ont vécu l’avortement dans le secret : le cercle des intimes n’est pas au courant et elles portent l’IVG comme un lourd non-dit. D’autres encore ont du mal à avouer plusieurs avortements. La souffrance peut être confuse, pas facile à exprimer.

Paradoxalement, c’est quand on n’ose pas en parler qu’il faut pouvoir en parler. Pour oser en parler, les femmes ont besoin d’être assurées de n’être ni jugées, ni « expédiées » trop facilement comme si leur ressenti n’était pas normal, trop vite balayé.

Pour sortir de la spirale de l’isolement dans laquelle cette souffrance peut être vécue, il est essentiel de la partager, de rencontrer celui ou celle qui l’écoutera avec bienveillance et compréhension.

Des structures existent. Oser les contacter est le premier pas. Confidentialité et anonymat sont garantis.

Comme pour toute difficulté que l’on tente de surmonter, tout poids que l’on porte, les aidants rencontrés peuvent plus ou moins nous correspondre. Il ne faut pas hésiter à rechercher les personnes qui peuvent le mieux convenir.

Différentes modalités et approches d’aide et d’accompagnement après une IVG sont proposées par des associations spécialistes. Par téléphone, par mail, en rencontre face à face, selon ce qui vous semble possible et vous parait adapté à votre situation.

Des associations telles que Agapa ou Mère de Miséricorde sont des lieux d’accueil, d’écoute et d’accompagnement apportant l’aide nécessaire à cette reconstruction intérieure, que ce soit dans le domaine psychologique, affectif, ou spirituel.