Cela dépend du contexte ; si cela vient de vous arriver, avez-vous fait toutes les démarches judiciaires ? Etes-vous allée au commissariat qui vous enverra faire des examens médicaux ? Même si vous ne vous en sentez pas la force, trouvez le courage de le faire tout de suite, avant même de faire votre toilette pour permettre à l’enquête d’avancer plus vite. Demandez de l’aide à vos proches pour vous accompagner dans ces démarches, n’ayez pas honte de ce qui vous est arrivé.

Il existe une ligne « Viol femme informations » au 0 800 05 95 95 où l’on pourra vous donner des conseils sur ce qu’il convient de faire. Il y a des cellules d’écoute : allez au commissariat où vous trouverez du personnel formé ; il y a souvent des femmes à qui parler et qui pourront vous donner les bons contacts d’associations où vous pourrez parler de votre traumatisme.

Si le viol remonte à un certain temps, c’est sans doute une aide psychologique qui vous serait nécessaire. N’hésitez pas à trouver un thérapeute habitué à traiter ce genre de situations, en vus adressant à des associations. 

Dans tous les cas, il n’est jamais trop tard pour s’en sortir et pour aller mieux. Un bon accompagnement peut vous permettre de ne plus vous considérer comme une victime ni comme un survivant, mais comme un être humain à part entière digne et debout face à la vie